12ème journée (1ère ligue GT): LUC Unihockey – TSV Deitingen

DORIGNY, LAUSANNE: après leurs deux derniers matchs qui se sont soldés par deux (courtes) défaites, les Lausannois entamaient le deuxième tour de cette saison 2016-2017 en accueillant les Soleurois du TSV Deitingen. Le petit point ramené de leur déplacement chez le dauphin du classement provisoire une semaine auparavant, notamment grâce à la grande performance de leur gardien Marendaz (premier match en tant que titulaire en 1ère ligue) ainsi que leur bonne performance contre les Bern Capitals, le lendemain, ont insufflé beaucoup d’espoir dans les rangs du néo-promu vaudois, bien que leur adversaire du jour ait déjà accumulé 20 points. En effet, le club jouxtant le canton de Berne se retrouve dans une situation paradoxale : en ne respectant pas les conditions nécessaires pour qu’une équipe doit satisfaire pour évoluer en première ligue, celle-ci s’est vue infliger une pénalité de 12 points (décision sujette évidemment à recours). Cela a pour conséquence immédiate que le match du jour était un duel entre concurrents directs pour la huitième et dernière place qualificative pour les play-offs. Au-delà de l’enjeu, les universitaires avaient surtout l’envie de montrer à leurs invités qu’ils avaient énormément grandi depuis leur premier match dans cette ligue, contre ces mêmes Soleurois.

Le match débuta avec le retour dans la cage de notre Belgo-suédois préféré, Séb Lacroix, rythmé par notre supporter numéro un ainsi que par l’équipe…lausannoise ! Cette entrée en fanfare (enfin en tambour) obligea les visiteurs, peut-être encore assoupis de leur long voyage, de stopper irrégulièrement la furia lausannoise. Cela déboucha sur une pénalité mineure après seulement une minute et trente de secondes de jeu. Malgré de nombreuses occasions de leurs deux lignes de power-play, les Lausannois ne trouvèrent l’ouverture du score qu’à la sixième minute sur une superbe ouverture d’Hachami, qui permit à Passali de se présenter seul devant le gardien adverse et de le tromper avec une facilité déconcertante. Les occasions se multiplièrent pour des rouges et blancs archi-dominateurs. Ce ne fut qu’en toute fin de première période que les Lausannois purent doubler leur avantage grâce à un très bon pressing de leur première ligne, qui fut conclu par Christe. Notons que ce retard de deux unités est plutôt flatteur pour des visiteurs apathiques et sans idées.

Coach « answers » Hansen (ne pas prononcez trop rapidement) mit en garde ses protégés de la réaction que devaient avoir les Soleurois. C’est dans cette optique, mais néanmoins conscients de leur belle prestation que les Lausannois entamèrent la période médiane. Et à leur grande surprise, la réaction adverse attendue ne vint pas. Les hôtes continuèrent ainsi à se procurer d’innombrables chances de but. Des chances qui se muèrent en buts, respectivement à la 26ème, 31ème et 40ème minute. Ces trois réussites furent toutes marquées par la première ligne qui, après trois derniers matchs solides défensivement mais sans grande efficacité (et réussite) offensive, (dé)montra enfin tout son potentiel. Le premier à lancer les hostilités fut Chessex sur coup-franc, puis Christe, sur rebond suite à un… coup-franc, et enfin le « bilou » de la soirée, qui fut l’œuvre de Stéphane Billeter, alias « Bijou » : un solo dont seul lui a le secret, ponctué d’un grand sang-froid devant la cage, logeant la balle sous la latte du pauvre gardien (ou spectateur ?) adverse. C’est sur cette splendide réussite et avec une avance, désormais, de cinq unités que les Lausannois rentrèrent au vestiaire après 40 minutes.

Les discussions dans le vestiaire « rouge et blanc » étaient naturellement très optimistes. Toutefois, Coach « answers » Hansen (ne pas prononcez trop rapidement) mit en garde ses protégés de la réaction qu’allaient avoir les Soleurois. C’est dans cette optique, mais néanmoins conscients de leur belle prestation que les Lausannois entamèrent la dernière période. Et à leur grande surprise, la réaction adverse attendue ne vint pas. Une impression de déjà lu ? Effectivement. Mais comme il est souvent dit : « l’Histoire n’est pas un éternelle recommencement » (ou l’inverse, mais ça ne m’arrange pas trop dans le cas présent). En effet, après trente secondes de jeu dans ce troisième et dernier tiers, une passe hasardeuse d’un joueur suisse-allemand atterrit dans la palette du numéro 90 lausannois qui put affronter le gardien soleurois. L’occasion était belle de plier le match et d’annihiler tout espoir de rébellion adverse. Malheureusement le face-à-face se termina à l’avantage du gardien, il est vrai, sauvé par son poteau gauche. Dans la continuité de l’action, un contre soleurois fit mouche grâce au numéro 5 … lausannois ! C’est dire ce qu’il fallait en ce samedi soir pour que ces derniers arrivent à marquer. Sachant qu’ils devaient remporter les trois points au vu de leur avance après deux tiers, les Lausannois se crispèrent quelque peu, malgré leur avance encore confortable de quatre unités. La physionomie du match changea du tout au tout, ceci sans que les joueurs de Deitingen atteignent un niveau de jeu ahurissant. Une certaine tension s’installa du côté vaudois et les joueurs se débarrassèrent plus souvent que de raison de la balle. C’est dans ce contexte que les visiteurs purent assez logiquement inscrire leur second but, qui ne devait rien à personne cette fois-ci. Heureusement, les « rouges et blancs » purent compter sur une réussite quasi scandaleuse de la première ligne sur coup-franc, qui finit le match sur un incroyable 3/3 ! Sur une combinaison maintes fois travaillées à l’entraînement (et maintes fois loupées), Piguet put trouver le chemin du goal sur un magnifique retourné. Un but entièrement mérité au vu de sa belle prestation durant ce match. Ce premier goal en première ligue de Piguet aurait dû permettre aux joueurs vaudois de gérer la fin de match et de remporter une victoire aisée. Cependant, ceux-ci trouvèrent la bonne idée, par l’intermédiaire de leur numéro 90, de donner l’opportunité à leurs opposants de revenir au score, alors que ceux-ci évoluaient avec un joueur de moins sur le terrain. Pis, à la 57ème minute, ces derniers revinrent à seulement deux petites unités de Lausannois qui n’en menaient pas (plus) large. Heureusement, notre ange gardien veillait au grain et repoussa les dernières escarmouches des Soleurois pour permettre à son équipe de remporter trois points amplement mérités.

Malgré la frayeur en fin de match, les Vaudois ont réalisé une solide performance en ce samedi 19 novembre face à une équipe qui, sans éventuel retrait de points sur tapis vert, devrait aisément jouer le haut du tableau. Les progrès réalisés en deux mois par la troupe d’Hansen sont absolument gigantesques. Alors que le match aller avait été un long pensum, notamment dû à leur grande timidité, les joueurs du chef-lieu vaudois ont affiché une confiance en soi et une jouerie rarement vues jusque-là. Ceci est principalement dû à leurs nombreux efforts et sacrifices effectués chaque semaine et chaque week-end depuis des semaines, ainsi qu’aux hautes exigences demandées par Coach Hansen à chaque entrainement. Cette fin de saison s’annonce passionnante, le LUC I étant plus que jamais en course pour accrocher une place en play-off !

Merci au nombreux et bruyant public présent hier. On en redemande, surtout que le LUC I ne jouera plus qu’une fois à domicile en cette année 2016. On compte sur vous !

GO LUC GO

PROCHAIN MATCH à domicile (ET DERNIER de cette fabuleuse année 2016) :   

Dimanche 4 décembre       18h00         LUC Unihockey VS Zürisee Unihockey ZKH

 

LUC – Deitingen 6-4 (2-0 ; 3-0 ; 1-4)

Dorigny: 60 spectateurs.

Arbitres : Patrick Siegenthaler et Flavio Goldener.

Goals : 5’48 PASSALI (Hachami) 1-0; 19’43 CHRISTE (Chessex) 2-0; 25’28 CHESSEX (Grob) 3-0; 30’20 CHRISTE (Chessex) 4-0; 39’29 BILLETER (-) 5-0; 41’22 5-1; 48’36 5-2; 49’33 PIGUET (Chessex) 6-2; 52’57 6-3 (4c5!); 56’17 6-4.

Pénalités : LUC 1×2 minutes ; Deitingen 2×2 minutes.

9ième journée (1ière ligue GT): LUC – Hornets Moosseedorf

DORIGNY, LAUSANNE: l’occasion était belle pour la première du LUC de mettre fin à leur série négative de quatre défaites. En effet, les universitaires affrontaient le dernier de classe, les Bernois de Moosseedorf qui campaient, avant ce match, eux aussi sur une série de plusieurs défaites.

Les premières minutes furent équilibrées, les deux équipes se jaugeant mutuellement. Les Lausannois purent ainsi prendre confiance au vu de la faiblesse de l’opposition. Malgré leur série négative et la confiance perdue au fil des contre-performances, les  Vaudois prirent le jeu en main et virent leurs efforts justement récompensés par l’entremise de Passalli. Bien décalé par Delacrétaz sur le côté gauche, il se présenta seul face au gardien bernois et fit preuve d’un grand sang-froid en envoyant la balle dans la lucarne opposée. La grinta affichée par la première ligne donna des idées à la seconde qui donna le tournis à la défense adverse et doubla logiquement le score via Chessex sur passe de Christe. Cela faisait longtemps que les Lausannois n’avaient plus bénéficier d’un avantage au score de deux longueurs et cela leur fit énormément de bien mentalement. La preuve en ait puisque leur numéro 25, Simon Delacrétaz, marqua enfin son premier but de la saison à la 18ème minute, récompense méritée pour un joueur qui ne compte pas ses efforts pour son équipe. Alors que l’on se dirigeait tranquillement mais sûrement vers un score de trois à zéro après vingt minutes, les hôtes voulurent ne pas trop froisser leurs invités et leur permirent de réduire l’écart juste avant la pause.

« Coach Hansen », malgré l’avantage mérité, tança ses joueurs sur le fait que les Bernois trouvaient régulièrement des passes qu’ils ne devraient en théorie pas pouvoir se permettre. Message reçu 0 sur 5 par la seconde ligne, qui relança les affaires pourtant mal embarquées des joueurs de Moosseedorf, en début de deuxième période. Alors que les « rouges et blancs » auraient pu se crisper et laisser le jeu au bénéfice de leur adversaire, c’est tout le contraire qui se produisit. Emmené par une première ligne de feu, le LUC reprit deux longueurs d’avance à mi-match sur un magnifique tir du numéro 8, Karim Hachami, superbement démarqué par celui qui sera à juste titre désigné homme du match : Simon Delacrétaz. Plus rien ne sera marqué dans ce tiers qui aura vu les Vaudois et son cerbère Lacroix contenir les assauts sans grande inspiration de Bernois surprenamment apathiques.

Les Lausannois ne changèrent quasiment rien durant la deuxième et dernière pause, si ce n’est les habituelles rocades entre certains défenseurs et attaquants. Alors que l’on aurait pu penser que les Bernois modifieraient leur manière de procéder, rien ne se passa et les minutes s’égrenaient inlassablement. Ce furent même les Vaudois qui inscrivirent une nouvelle réussite et portèrent le score à 5 à 2. Hachami marqua un doublé sur un assist de son jeune compère d’attaque, Nick. Preuve du manque du manque total d’efficacité et d’imagination adverse en zone offensive, ceux-ci sortirent leur gardien dès la 53ème minute de jeu, afin de jouer avec un homme de plus sur le terrain. Cette vaine tentative fut tuée dans l’œuf, puisqu’un défenseur bernois trouva l’excellente idée d’effectuer une passe dans sa moitié de terrain, alors qu’il avait tout le temps de relancer, directement dans une canne lausannoise. La balle roula droit dans le but délaissé par son gardien pour ce qui sera le goal gag de ce début de saison. A noter au passage le deuxième doublé de la soirée, cette fois-ci inscrit par Passalli. Quatre unités de retard à cinq minute du terme de la rencontre, la messe était dite. Les Vaudois alourdirent encore le score en marquant une nouvelle fois dans la cage vide par Severin Bärtschi. C’est donc sur le score final de 7 à 2 que les « rouges et blancs » remportent ce « match de la peur ». Cela leur permet de reléguer leur adversaire du jour à cinq points et surtout de revenir sur la huitième et dernière place qualificative pour les play-offs.

GO LUC GO

PROCHAINS MATCHS (samedi 12.11 et dimanche 13.11) :

           

Samedi 18h00 (Utenberg): Unihockey Luzern VS LUC Unihockey

Dimanche 18h00 (DORIGNY): LUC Unihockey VS Bern Capitals

 

LUC – Moosseedorf 7-2 (3-1 ; 1-1 ; 3-0)

Dorigny: 60 spectateurs.

Arbitres : Jonas Röthlisberger et Lukas Gfeller.

Goals : 4’04 PASSALLI (Delacrétaz) 1-0; 12’59 CHESSEX (Christe) 2-0; 18’26 DELACRETAZ (Prior) 3-0; 19’10 KASER (Hartmann) 3-1; 23’04 OSWALD (Gasser) 3-2; 29’43 HACHAMI (Delacrétaz) 4-2; 48’28 HACHAMI (Nick) 5-2; 53’08 PASSALLI (-) 6-2; 53’39 BARTSCHI (-) 7-2.

Pénalités : LUC 2×2 minutes ; Moosseedorf 3×2 minutes.

8ème journée (1ère ligue GT): Unihockey Fribourg – LUC Unihockey

SAINTE-CROIX, FRIBOURG: les Lausannois avaient depuis longtemps entouré cette date du 22 octobre 2016 dans leur calendrier « unihockey-istique ». Les hommes de « Coach Hansen » affrontaient en effet pour la première fois les autres (et seuls) romands du groupe (et de première ligue) pour un derby qui s’annonçait haut en couleur. Bien que les Dzodzets soient les incontestables favoris de cette rencontre, le néo-promu vaudois avait néanmoins la ferme intention de bousculer la hiérarchie du unihockey romand. Ajouté à cela que plusieurs joueurs de l’effectif du LUC affrontaient tout simplement leur ancien club, la motivation n’avait pas à être cherchée bien loin.

Suite à ces trois dernières sorties ratées, le LUC Unihockey avait remis les pendules à l’heure lors des derniers entraînements. Ils se devaient absolument d’être plus stricts en défense et surtout d’éviter ces passages à vide qui leur ont coûté très chers. Les premières minutes de la partie furent donc une parfaite illustration de ce qui attendaient leurs hôtes : une équipe lausannoise très disciplinée en défense, essayant de placer quelques contres fulgurants. La possession de balle fut ainsi largement en faveur des « noirs et blancs », et mis à part une alerte à la deuxième minute sur un tir de loin qui vint se fracasser contre la transversale, ces derniers ne trouvèrent jamais la solution face au bloc « rouge et blanc ». C’est en toute logique que les deux équipes rentrèrent sur un score nul et vierge après vingt minutes de jeu.

Après une première période où les attaquants vaudois n’ont pas vraiment pu se mettre en évidence, le deuxième tiers amena plus d’espace pour ces derniers, notamment dû au fait que les Fribourgeois décidèrent de joueur plus haut, afin de mettre une plus grande pression sur les défenseurs adverses. C’est ainsi que sur un contre rondement mené, un Lausannois se retrouva seul face au gardien, qui, avec un peu de chance, remporta son duel. Une énorme occasion qui aurait pu faire fortement douter les joueurs de Fribourg. Cette alerte fut entendue cinq sur cinq par ces derniers et trouvèrent, somme toute logiquement, l’ouverture du score à la mi-match. Ils doublèrent la marque moins de trente secondes plus tard sur coup-franc. Alors que les Lausannois auraient pu s’effondrer, une nouvelle fois, ils resserrèrent les rangs et repartirent dans le schéma préétabli. Plus aucun goal ne fut marqué.

L’ambiance dans le vestiaire vaudois était plus que positive : enfin, les universitaires ont réussi à gérer leur temps faible en ne prenant pas quatre ou cinq buts en une poignée de minutes. Preuve que l’aspect mental est une composante qu’il ne faut pas sous-estimer qui plus est lorsque l’on monte rapidement les échelons, comme le LUC l’a fait ces trois dernières années. Cependant, le simple fait d’accrocher cette belle équipe fribourgeoise ne pouvait en aucun cas satisfaire ces Vaudois volontaires. Malheureusement, la pénalité stupide concédée une seconde avant la fin de la deuxième période compliquait fortement les velléités lausannoises. Il ne fallut que quarante secondes pour que les Fribourgeois prennent le large au tableau d’affichage. Les trois unités de retard poussèrent les Vaudois à se découvrir en augmentant la pression sur la défense adverse. Ce changement fut récompensé, non pas par des goals, mais par deux supériorités numériques consécutives. Alors que le power-play « rouge et blanc » affiche un taux de réussite scandaleusement élevé, le box-play fribourgeois annihila ces quatre minutes d’infériorité avec autorité. Les néo-promus pensaient avoir manqué le coche. Mais leur générosité trouva enfin sa juste récompense, à cinq contre cinq, sur une n-ième contre-attaque. Cette réussite, ô combien précieuse, vint de la canne du (ou « de » ?) Christe, bien décalé par son compère d’attaque. La flamme se raviva immédiatement dans les yeux lausannois. Mais la grande d’ébauche d’énergie additionné aux nombreuses absences en attaque (Grandchamp, Bovard, ou encore Matthey-Junod) ne permirent pas à cette courageuse équipe du LUC de forcer la décision. C’est donc sur le score de trois à un que celle-ci s’incline en terre fribourgeoise, malgré un match très solide.

Cette partie permet aux Lausannois de reprendre une certaine confiance en eux, ainsi qu’en leur défense. S’ils arrivent à combiner cette rigueur avec un plus grand réalisme, le succès sera leur. Ce week-end, le LUC joue une partie importantissime dans son antre de Dorigny. Ils affrontent en effet le dernier de la classe : les Hornets de Moosseedorf. Une victoire permettrait de relancer la machine « rouge et blanche » et aussi de revenir sur la huitième place qualificative pour les play-offs, toujours à portée de mains ! On compte sur vous !!!

GO LUC GO

PROCHAIN MATCH :           

Samedi 18h00          DORIGNY           LUC Unihockey VS Hornets Moosseedorf

 

Fribourg – LUC 3-1 (0-0 ; 2-0 ; 1-1)

Sainte-Croix: 198 spectateurs.

Arbitres : Christian Häusler et Dominic Bleisch.

Goals : 28’31 BRODARD (Zufferey) 1-0; 28’57 WEIBEL (Morard) 2-0; 40’38 STREIT (Aerschmann) 3-0; 49’45 CHRISTE (Chessex) 3-1.

Pénalités : Fribourg 2×2 minutes ; LUC 2×2 minutes.